Espace presse

 

Communiqué de presse

 

Alors que la filière laitière connait actuellement de profonds changements, la FNAB estime que la contractualisation doit être une étape servant à poser les bases d’un partenariat. Ainsi, elle doit intégrer les principes fondamentaux de l’agriculture biologique, respecter les deux parties signataires, et proposer un projet commun. Un projet qui, selon la FNAB, pourrait être celui de produits laitiers biologiques français et équitables.


Dans un contexte de modification profonde de la filière laitière, la FNAB et son réseau ont organisé, entre novembre 2010 et mars 2011, trois séminaires interrégionaux. A cette occasion, les éleveurs laitiers bio et en conversion y ont débattu des enjeux de leur filière. Ils ont réaffirmé leur volonté d’être pleinement acteurs de sa construction, en partenariat avec les différents intervenants de l’aval.

 

Pour ce faire, ils se mobilisent et s’organisent. Des associations ou syndicats de vente se sont créés, et le mouvement se poursuit et se consolide. Ils veulent que ces structures soit un lieu de concertation et de négociation collective entre éleveurs biologiques et laiteries.

 

Selon eux, il ne s’agit pas de rentrer dans une relation conflictuelle et concurrentielle, mais plutôt de créer de nouveaux rapports commerciaux basés sur le respect et l’équité. La contractualisation est une étape pour poser les bases d’un partenariat avec les laiteries autour de la bio. Il faut que les décisions prises soient collectives et qu’elles permettent la définition d’un projet commun entre les producteurs bio et leurs collecteurs. L’acte commercial dont il est question dans la contractualisation doit être l’aboutissement de ce partenariat.

 

Enfin, selon la fédération, la contractualisation avec les producteurs biologiques doit prendre en considération plusieurs points. Les besoins des producteurs bien sûr, en lien avec les performances environnementales et sociales de leurs pratiques agricoles  bio. Les coûts afférents et les spécificités de production (comme une plus faible production en cas d’accidents climatiques) doivent être garanties et inscrites comme un socle commun au partenariat.

 

Selon les producteurs biologiques, la contractualisation a tout intérêt à s’ouvrir aux attentes sociétales, le citoyen consommateur étant l’ultime acteur des filières. Elle devrait également réfléchir à intégrer les distributeurs dans la démarche (elle qui se limite actuellement aux relations entre les producteurs et le premier acheteur).

 

Contacts presse
Stéphanie Pageot - Présidente de la commission lait de la FNAB Tél. : 06 76 41 81 26
Claire Touret, Coordinatrice filières de commercialisation à la FNAB Tél. : 01 43 38 40 08

 

>> Pour télécharger le communiqué au format pdf : cliquez ici