Filières de commercialisation

Anticiper les volumes à venir pour mieux accompagner l’arrivée des nouveaux producteurs au sein des filières fruits à pépins bio

 

L’intervention d’Elisabeth Mercier, directrice de l’Agence Bio, a permis d’appréhender la dynamique de conversion des surfaces en pommes et poires bio à l’échelle nationale pour 2009 : sur plus de 1 300 ha de pommes de tables conduits en bio, un tiers sont en conversion. Une meilleure connaissance des volumes bio actuels et à venir est nécessaire pour accompagner le changement d’échelle. Pour se faire, Elisabeth Mercier a annoncé la consolidation de l’observatoire des surfaces de vergers en mode de production bio et la réalisation d’un travail d’estimation des volumes de pommes et poires bio produits en France en 2010 et à venir. A suivre.

 

Organiser les mises en marché par variété du producteur jusqu’au consommateur

 

Le calendrier des périodes indicatives de première mise en marché des différentes variétés de pommes et poires, outil élaboré par la commission fruits à pépins FNAB pour favoriser des marchés structurés et rémunérateurs, a été plébiscité par les producteurs, mais également les expéditeurs et distributeurs présents. Construit afin de proposer aux consommateurs des pommes et poires au moment de leur optimum gustatif, tous s’accordent sur l’intérêt de son respect à chaque stade. En 2011, la FNAB ira donc à la rencontre de la distribution spécialisée et généraliste si possible pour la sensibiliser à la question et étudier les termes d’une charte d’engagements mutuels. De plus, si l’ensemble des acteurs de la filière s’accorde, l’Agence Bio est prête à apporter son appui pour une communication à destination des consommateurs, mettant l’accent sur la saisonnalité des variétés des pommes et poires bio.

 

Maîtriser la construction des prix, une nécessité pour une juste valorisation du travail des arboriculteurs bio

 

« En tant qu’arboriculteur bio, l’anticipation, la gestion du risque et la recherche de l’autonomie font partie intégrante du métier. L’autonomie passe en arboriculture bio par un système à faible intrant, basé sur la diversité des variétés produites, mais également par la maîtrise de ses prix de revient et prix de vente pour une juste rémunération des agriculteurs et la sécurisation dans le temps de la ferme», insiste Richard Laizeau, arboriculteur bio et consultant en gestion. Pour valoriser des pommes et poires à leur juste prix, juste pour le producteur et le consommateur, des marges de progrès technique doivent être envisagées, mais cela ne doit pas être la seule porte d’entrée de la réflexion sur le prix, au risque de connaître les dérives des productions conventionnelles. L’acceptation des consommateurs à payer plus cher dépend également de la capacité des arboriculteurs et opérateurs de l’aval à expliciter les composantes des prix des pommes et poires bio et à travailler collectivement à une différenciation positive.

 

Quelles opportunités et répercussions de la loi de modernisation agricole pour la structuration des filières fruits à pépins bio ?

 

Depuis le 1° mars 2011, les acheteurs de fruits et légumes pour la revente en frais sont dans l’obligation de proposer aux producteurs un contrat contenant des clauses prédéfinies. Les différents acteurs sont perplexes quant à l’application de l’obligation de contractualisation et ces effets.Tous insistent sur le fait que le contrat ne sera que le reflet des relations existantes. Il ne peut se substituer à la confiance et la transparence, ni compenser leur absence. Toutefois, pour encourager le développement de la filière fruits à pépins bio, il y a nécessité de mieux structurer les relations. Cette obligation de contractualisation peut être considérée comme un facteur d’organisation. Tout au moins, elle peut susciter le débat au sein des filières. Les différentes parties y ont intérêt et le contexte actuel est favorable au renforcement de relations basées sur l’équitabilité.

 

Pour plus d’information :

 

Compte rendu du séminaire : synthèse des interventions et conclusions des ateliers

 

synthèse des principales conclusion

 

Présentation des filières en Rhône Alpes - Joël Fauriel, Corabio

 

Présentation de Norabio - Isabelle Maes

 

Présentation des travaux de la commission fruits à pépins FNAB - Gilles Libourel

 

Présentation sur les prix de revient - Richard Laizeau

 

Programme et bulletin d’inscription